Outre-Mer

 

L’outre-mer, des terrains favorables à l’émergence et au développement de territoires durables

Les territoires ultramarins, départements ou collectivités, sont des terres sur lesquelles se concentrent les enjeux portés par les politiques publiques promues par le ministère. Ils constituent un atout majeur en matière de coopération décentralisée et de promotion des politiques du MLETR à l’export, de par leurs emplacements et spécificités géographiques et climatologiques : ce sont souvent des territoires insulaires, bénéficiant de climats tropicaux, ainsi que d’un important potentiel de rayonnement dû à leurs positionnements stratégiques à proximité de tous les continents.

A des stades différents, ces territoires sont tous concernés, de façon souvent exacerbée par rapport à la métropole, par des sujets tels que : le besoin en logements, le risque de fracture sociale, le risque de déstructuration et de développement urbain incontrôlé, le risque d’isolement lié à la montée du prix de l’énergie, le développement économique limité, la préservation d’une nature et de paysages exceptionnels, le risque climatique accru.

Les ambitions et les finalités portées par la ville durable et les EcoQuartiers répondent à ces enjeux. Se lancer dans une démarche d’EcoQuartier, penser son avenir en s’inscrivant dans des démarches de ville durable, c’est nécessairement construire une stratégie de développement adaptée à son territoire et intégrant l’ensemble de ces problématiques.
Les départements et collectivités d’Outre-Mer l’ont bien compris et souhaitent, quels que soient leurs stades de développement, s’inscrire résolument dans ce mouvement, voire même se positionner comme précurseurs dans certains domaines, en particulier en matière de gestion du risque climatique, afin de faire bénéficier d’autres territoires de leur expérience, à commencer par la métropole qui est de plus en plus souvent confrontée à des évènements climatiques intenses et de courte durée.

En cette année où la France se prépare à accueillir le monde à la COP 21 (Conférence Paris Climat) en décembre 2015, les territoires ultramarins sont, ainsi que l’a affirmé le Président de la République devant le Conseil Représentatif des Français de l’Outre-Mer le 26 novembre 2014, une « chance pour la France pour aujourd’hui et pour demain », ils ont pris de l’avance en matière de transition énergétique et peuvent plus que jamais constituer « l’exemple de ce que [la France peut] faire pour anticiper sur ce qui sera demain une obligation pour le monde ».

Des ÉcoQuartiers à la ville durable : quelle démarche adopter d’un territoire à l’autre ?

Les territoires ultramarins constituent un véritable vivier en matière d’opérations qui pourront rentrer dans le dispositif de labellisation EcoQuartier.
Ils offrent même, au delà des périmètres de ces EcoQuartiers en fonctionnement, en devenir, ou à venir, des perspectives de territoires durables pouvant s’enrichir mutuellement de leurs expériences.
En effet, le foisonnement des initiatives locales y est tout à fait remarquable, qu’elles impliquent la coopération entre acteurs, entre dispositifs, ou la coopération dans son acception diplomatique et internationale, facilitée par le positionnement géographique de nos Outres-Mers.

Du point de vue de la DHUP, les quelques principes suivants sont à retenir et mettre en œuvre pour diffuser la démarche ÉcoQuartier outre-mer :

Principes retenus pour le déploiement de la démarche ÉcoQuartier Outre-Mer
  • Le maintien de la grille EcoQuartier nationale comme base de travail, de réflexions, et comme support au dialogue
  • Une contextualisation de cette grille via des ateliers menés avec tous les acteurs de l’aménagement urbain durable concernés. Ces ateliers permettent de questionner le contenu des 20 items de la grille et de retravailler les notions en fonction de leur pertinence au contexte local.
  • La production de clefs de lecture et d’outils adaptés aux enjeux locaux
 
 
 
 
 
Mayotte
publié le 3 août 2015